Madiba et L'arbre Magique

Il était une fois, dans un village d’Afrique, un immense baobab si majestueux et si imposant qu’il retenait l’attention de tous.

Ses racines immenses et généreuses étaient dignement implantées dans le sol, et son tronc majestueux et solide abritait une petite grotte.

Son feuillage généreux abritait les oiseaux qui venaient se mettre à l’abri de la chaleur. Il était aussi le refuge des animaux et des enfants qui aimaient s’y nicher pour jouer.

Le baobab était appelé l’arbre magique car il était le médecin du village.
Il était le gardien des remèdes traditionnels et ancestraux.

Un jour, alors que les enfants du village étaient assis à l’intérieur de son tronc, comme d’habitude après l’école, ils entendirent soudain une voix qui n’était pas la leur.

Cette voix leur dit : “Pourquoi ne mangez-vous pas mes fruits ? Pourquoi ne mangez-vous pas mes fruits, ils sont pleins de vitamines et vous donneront beaucoup d’énergie!

Madiba, le plus âgé du groupe, demande : “Mais qui a parlé ?”

Tous les enfants avaient entendu, mais personne n’osait répondre.

Madiba demande à nouveau: “Allez, arrêtez de faire des blagues. Qui parle maintenant?”

La voix reprend : “Vous entrez tous les jours dans mon coffre et personne ne me dit bonjour. C’est moi, Baobab, qui vous parle”.

Alors que les autres enfants se recroquevillent devant l’arbre qui parle, Madiba, le plus courageux, répond avec assurance : “Les arbres ne parlent pas.”

Le Baobab rit et lui dit : “Tu le vois bien, oui, mais nous n’allons pas nous attarder sur la question de savoir si tu me crois ou non.”

Le Baobab poursuivit : “Votre père est tombé gravement malade un jour parce qu’il avait été piqué par un moustique anophèle gambiae qui transmet facilement le paludisme.”
Madiba l’interrompt en demandant : “Qu’avez-vous fait pour l’aider ?
Comme un vieux sage, le Baobab répondit lentement : “A l’aube d’une belle matinée de récolte, ta grand-mère est venue me rendre visite, caressant mon tronc pour me dire bonjour. Elle m’a dit que son fils était gravement malade et qu’elle avait besoin d’aide.
Elle m’a dit : “Ô grand sage Baobab, l’arbre médecin, donne-moi le remède pour calmer la fièvre”.

C’était une femme généreuse et attentionnée, dont les yeux fatigués et remplis de larmes fixaient le sol, attendant ma réponse”. Le Baobab fit une pause, réfléchissant à ce souvenir lointain, puis poursuivit son histoire.

Je lui ai dit : “Arrête de pleurer, maman, et ramasse mes feuilles. Tu les feras bouillir dans de l’eau chaude et tu donneras cette tisane à ton fils jusqu’à ce que sa fièvre disparaisse.”

Elle a dit : “Oh, merci, père infiniment sage, grand magicien.” Puis ta grand-mère est partie avec les feuilles sacrées dans son sac.

Son fils, ton père, n’a pas tardé à guérir. Depuis, elle revient régulièrement s’asseoir au pied de mes racines et je l’entends murmurer des prières de remerciement. Parfois, elle vient même faire une petite sieste à l’intérieur de mon tronc, ce qui est agréable et frais.

J’aime avoir de la visite et je connais les habitants de ce village.

Madiba, impressionné, dit au vieux sage Baobab : “Oh, c’est incroyable ! Je vais vite voir papa et lui raconter ma conversation avec le vieux Baobab !”.

Le garçon arriva tout excité chez son père et lui raconta l’histoire.

Son père est sceptique et dit à Madiba : “Mon fils, je peux croire beaucoup de choses, mais les arbres ne parlent pas…”

Madiba doit convaincre son père et lui dit : “Je n’en étais pas sûr non plus, mais viens avec moi, papa, tu verras, c’est vrai, les arbres parlent aux êtres humains !”

À contrecœur, le père accepta d’aller voir le vieux baobab. Père et fils restèrent devant l’arbre, silencieux et curieux d’entendre à nouveau la voix.
Le temps passe et rien ne vient.

Madiba dit : “Oh grand sage, où es-tu ? Mon père est ici et ne croit pas que tu puisses parler aux êtres humains.”

Quelques secondes plus tard, ils entendirent un énorme bâillement… AHHH, tu es là. Je faisais juste une petite sieste”.

Masali, le père de Madiba, a été très surpris!

Il dit : “C’était donc vrai. Je pensais que la chaleur de l’après-midi m’avait permis de t’entendre me parler. Je m’excuse auprès de toi, ô grand Baobab sacré, médecin du village.

Je sais maintenant ce qui est vrai : si les êtres humains écoutent vraiment, nous pouvons entendre les arbres nous parler.” Il se tourne alors vers son fils et lui dit : “Mon cher petit guerrier, mon Madiba, mon fils, merci de m’avoir ouvert les yeux.”

Le Baobab demanda alors à Masali, le père, de cueillir du pain de singe sur l’arbre et de le rapporter au village. “Partage ma récolte de fruits avec ta famille, tes voisins et les passants, et n’oublie pas de prendre aussi quelques feuilles. Le jour venu, les feuilles te seront utiles, à toi ou à quelqu’un d’autre qui aura besoin d’un médicament.

Le vieil arbre sage dit alors au petit Madiba : “Petit, peux-tu gentiment gratter mon écorce ? Je ne suis pas très chatouilleux. Tu peux peler une partie de l’écorce. Cela te servira aussi si tu as mal à l’estomac. Et s’il te plaît, reviens souvent me voir. J’ai vécu pendant des centaines d’années et je resterai debout aussi longtemps que vous aurez besoin de moi”.

Madiba et son père rentrèrent chez eux en silence. Ils avaient tous deux compris quelque chose de profond sur l’importance de vivre en harmonie avec la nature.

Partagez-le avec ceux que vous aimez

Sagesse Africaine

Profitez d'un échantillon gratuit de l'histoire d'un enfant et d'un arbre magique et sage, telle qu'écrite par l'un de nos gardiens de la sagesse.
Nous sommes une plateforme en ligne de conteurs utilisant les arts pour promouvoir l'héritage des descendants africains et favoriser le bien-être intérieur des enfants de tous âges.